Sur les traces de la 2ème DB (1)

22 août 1944 dans la soirée, QG du général Leclerc à Fleuré (Orne) : "Gribius …, mouvement immédiat sur Paris !" Le capitaine Gribius, chef du 3ème bureau des opérations à l'état-major, vient de recevoir l'ordre que tout le monde attend à la Division, celui de marcher sur Paris. Toute la nuit les machines à écrire crépitent, les ordres sont préparés … Le lendemain matin la Division s'ébranle vers la capitale.

23 août 1944, 18h00, PC Rambouillet

Ordre pour la journée du 24 août 1944 :

Mission : 1) S'emparer de Paris 2) Tenir Paris en poussant des éléments dans la région Nord-Est de Paris, en maintenant un élément réservé au centre de Paris

Renseignements : L'ennemi dispose d'un certain nombre de points d'appui …

Dispositifs :

- Mission principale : GTV : pousser sur l'axe Arpajon, Sceaux, Paris où se fera l'effort principal; pénétrer dans Paris en direction du Panthéon puis franchir la Seine et sortir sur la région Vincennes Charenton et tenir les ponts de la Marne …

- Mission secondaire de diversion : GTL : pousser sur l'axe Dampierre, Chevreuse, Toussus le Noble; tenir Sèvres; pousser l'ensemble du groupement au centre de Paris (Place de la Concorde); GTD : progresser derrière le GTV prêt à appuyer les deux groupements …


carte des opérations extraite de la Revue Espoir (Juin 1996)

La bataille de Paris peut commencer … Elle coûtera, selon Adrien Dansette (Histoire de la Libération de Paris 1946) 130 tués et 319 blessés à la Division qui de son côté infligera des pertes très sévères aux Allemands : 3 200 tués, 12 800 prisonniers, 74 chars, 64 canons et 450 véhicules divers détruits ou capturés. Caravane (revue des anciens de la 2ème DB) a fait paraître dans son numéro 371 du 2ème trimestre 1991 une liste de 146 morts pendant les combats du 23 au 30 août 1944, précisant que les hommes décédés dans les hôpitaux parisiens des suites de leurs blessures n'étaient pas comptabilisés.

De mon côté j'arrive à un total de 147 tués (relevés des hôpitaux parisiens, carrés militaires dans les cimetières, plaques et monuments commémoratifs, presse de l'époque et livres parus sur le sujet -cf bibliographie). Mais je n'ai pas la prétention d'en avoir terminé avec le sujet. Merci à qui me communiquera des précisions supplémentaires.

Voici donc la liste illustrée par les plaques et monuments que j'ai photographiés sur les itinéraires de la 2ème Division blindée. Pour les abréviations vous pouvez consulter cette page

23 août 1944

 

Le 23 août 1944, la 1ère section de la 2ème Cie du 1er RMT attaque le terrain d'aviation de Guyancourt (78), à la sortie Nord de Voisins le Bretonneux, qui est tenu par une forte garnison allemande. Un nid de mitrailleuses blesse mortellement le chef de section, le sergent-chef Vourc'h. Au cours du repli de la section, Danton-Jouglard parvient à abattre les servants d'une mitrailleuse avec de s'écrouler, touché à mort à son tour (voir liste des victimes allemandes)

 

  Le chasseur Samil Chouet, du 12ème RCA, décède à Rambouillet.

L'obusier "Sanglier" du 3ème peloton du 4ème escadron du 1er RMSM est touché par un obus de 88 au carrefour de la Malmedonne à Trappes : le brigadier Paul Rondeau et les spahis Moïse Jardin et Louis Rink sont tués.

Le brigadier radio André Piquet, du 1er peloton du 4ème escadron du 1er RMSM, est abattu par un sniper allemand à l'entrée de Briis sous Forges
24 août

Joseph Daoulas, du 12ème Cuir, est mortellement blessé (il décèdera le 26 août à l'hôpital Necker).

Le sous groupement Massu attaque le carrefour du Cerf-Volant à Jouy en Josas. L'aspirant Zagrodski (lire l'épisode), les chasseurs Jacques Lesieur, Francis Pelissier et Jean Viricel du 4ème escadron du 12ème RCA, les marsouins Mohamed Ben Lyazid et Ahmed Ben Mohamed de la 7ème compagnie du 2ème RMT sont tués. Jean Hustu (dit Tousto) de la 3ème batterie du 22ème FTA est également mortellement blessé.

 

 

A Toussus le Noble, le char "Barfleur" du 2ème escadron du 12ème RCA est touché par un obus de 88. Le maréchal des logis Georges Castaner et le chasseur Jacques Poulin périssent carbonisés. Jean Tromelin, de la compagnie d'accompagnement n°2 du 2ème RMT est tué.

Une reconnaissance du GTL se heurte à des canons de 88 sur le plateau du Moulon à Gif sur Yvette. Les spahis Maurice Laule et Jacques Boutard sont tués.

 

 

A Longjumeau un bombardement allemand tue les chasseurs Ali Moussa, Hanza Djelouli, Michel Le Saoult et Bernard Guinlat du 501ème RCC ainsi que le marsouin Henri Charmette de la 11ème compagnie de combat du 3ème RMT et Albert Chlopecki du 13ème Bataillon médical

 

 

A la limite de Juvisy et de Savigny sur Orge les éléments de tête de la 2ème DB tirent sur un poste d'observation de la FLAK. Le caporal-chef Patrick Descamps, chef du char "Jemmapes" de la 4ème Cie du 501ème RCC, est tué.

(voir liste des victimes allemandes)


cimetière d'Antony

Au cours des combats d'Antony et du carrefour de la Croix de Berny, tombent Mohamed Driss du 64ème RADB, Mohamed Dahou de la 4ème compagnie de combat du 501ème RCC, Louis Hernozian de la 9ème compagnie du 3ème RMT, Michel Joulain du 3ème escadron du 1er RMSM et Jean-Luc Geronimi de la 2ème compagnie du 501ème RCC

 

 


N 20 à l'entrée de Bourg la Reine


lire l'épisode

Tandis que l'attaque de la prison de Fresnes coûte la vie au capitaine Emmanuel Dupont, à l'adjudant Daniel Mesmin, au sergent Salvador Molina et aux marsouins Gaston Doux, François Mamo, Roger Lamotte et Fernand Meunier de la 11ème compagnie du 3ème RMT. De son côté la 3ème compagnie du 501ème RCC perd les chasseurs Georges Landrieux et Geoffroy de la Roche. Jean Levaillant et Habib Bahlouli de la compagnie d'état-major, Amar Fassi de la compagnie hors-rang du 501ème RCC tombent également ainsi que le sapeur Raymond Dubouloz du 13ème Bataillon de Génie.

Le sergent Georges Vuillefroy de Silly de la CA3 du 3ème RMT et Ali Djermouni de la Compagnie de transport sont tués par un sniper non loin de là sur le territoire de la commune de Rungis.

Jean Michaux se souvient :

Le 24 août dans l'après-midi, nous étions en mission dans le secteur Fresnes-La Croix de Berny. On voyait la capitale au loin et la Tour Eiffel. Djermouni me demande : "Chef ! C'est quoi ce machin ?". Je lui réponds. "Quand y seront …" Ce furent ses dernières paroles. Il s'écroule, mortellement atteint par une balle dans la gorge. Je me penche pour le soutenir … Une autre balle touche le sergent Georges Vuillefroy de Silly … J'ai eu de la chance ce jour-là !

A Chevilly Larue, Jacques Petit le Roy, émissaire du général Chaban-Delmas, et l'adjudant-chef Augustin Dericbourg de l'escadron de protection du général Leclerc, tombent sous les balles d'une patrouille allemande. Ils étaient chargés de transmettre un message d'avertissement au général Von Choltitz… lire l'épisode

En fin de soirée un élément du sous groupement Massu qui campe à Sèvres voit fondre sur lui un détachement allemand. Paul Casta, François Saout, Ben Abdesselem Mohamed, Bernard Soulié et Jean Salis de la 5ème compagnie du 2ème RMT et André Ethuin du RBFM sont tués avenue de Bellevue; Pierre Menant du 3ème escadron du 12ème RCA tombe près de la gare.

25 août

Henri Morvan de la CA3 du 3ème RMT décède dans un hôpital américain de campagne près de Chartres. Il est compté parmi les victimes de la libération de Paris dans la revue Caravane. Est-ce un blessé du 23 ou du 24 évacué vers Chartres alors qu'un hôpital de campagne avait été installé à Longjumeau, ou un blessé de la campagne de Normandie ?

Les combats de la place de la Concorde sont particulièrement meurtriers … lire l'épisode

parmi les victimes : Georges Fontaine de la 3ème compagnie du 1er RMT, Antonio Lopez-Ros et Raymond Maestracci de la 11ème compagnie du 3ème RMT. Et aussi Pierre Laigle et Marcel Bizien de la 3ème compagnie du 501ème RCC.

Au métro Dupleix sont tués l'adjudant-chef Henri Paquin de l'escadron d'état major du 12ème Cuir et le brigadier Raymond Berth de l'escadron de protection du général Leclerc … lire l'épisode

 

Albert Genna du 1er RMT et Pierre Deville du 5ème escadron du 1er RMSM tombent pour la prise de l'Ecole militaire… lire l'épisode

Victor La Sala, dit Pierre Lassalle, du 1er RMT, est tué à la caserne Latour Maubourg.

 

Le sergent-chef René Dannic, de la 5ème compagnie du 2ème RMT est abattu par un sniper allemand lors de la prise de l'hôtel Majestic. Quelques centaines de mètres plus loin le maréchal des logis-chef André Jonniaux, du 2ème escadron du 12ème RCA est victime d'un tireur des toits… lire l'épisode

 

Dans le secteur Assemblée nationale/Quai d'Orsay tombent Michel Varin de la Brunelière, Jean-Baptiste Ferracci, Svevolod Federoff, Armand Pinson et Egon Kaïm du 1er RMT.

au Quai d'Orsay le sous-lieutenant Jean-Marie Bureau et Claude Cazebielle du 2ème escadron du 12ème Cuir.

 

La garnison du Sénat, aux jardins du Luxembourg, n'est pas disposée à se rendre. Sont tués Jean Arnould, dit Alain Portier, et Jean Revers de l'escadron de protection du général Leclerc, l'adjudant André Corler et André Lozet de la 2ème compagnie du 501ème RCC et Pierre Bounin du 1er RMSM… lire l'épisode

Auguste Fenioux, dit Jacques Francesco, est tombé le 25 août et non le 24 devant le n° 60 de la rue de Seine au bout de laquelle, à quelques centaines de mètres, on aperçoit le Palais du Sénat. De la CA3 du 3ème RMT, il est tué par un tireur des toits… lire l'épisode

 

 

Lire la suite